Yoga prénatal : une pratique pour une grossesse épanouie

Le yoga prénatal : pour mieux vivre la grossesse et l’accouchement

La plupart des femmes vivent une période de bouleversements physiques et émotionnels durant la grossesse. Les hormones étant en pleine fluctuation, certaines femmes enceintes vivent mal cette période si bien qu’elles veulent à tout prix se soulager. Si certaines activités physiques sont toutefois déconseillées pendant cette phase, le yoga prénatal semble être le meilleur moyen pour vivre la grossesse en toute sérénité.

C’est quoi le yoga prénatal ?

Le yoga prénatal est une pratique destinée à toutes les femmes enceintes, en vue de leur apporter soulagement, mais aussi remède aux petits bobos rencontrés pendant la grossesse. C’est une pratique douce et complète, adaptée à l’évolution du corps de la femme durant cette période.

Le yoga prénatal associe des postures (asanas) qui travaillent le bassin, le plancher pelvien, mais aussi le ventre,  à des respirations (pranayamas), pour délier les tensions liées à la grossesse. Certaines séances peuvent également rajouter de la méditation pour procurer à la femme une merveilleuse sensation de bien-être, mais aussi pour dénouer le stress, la pression, l’angoisse et l’anxiété quant à l’accouchement. Enfin, le yoga prénatal a pour objectif de préparer la femme à la mise au monde, de faciliter le travail  et favoriser un accouchement naturel, mais aussi de préparer la femme à devenir mère.

Cette pratique peut être le plus souvent comparée au hatha yoga, c’est-à-dire avec un rythme moins rapide et des postures adaptées.  Comme tous les cours de yoga, c’est une discipline codifiée.

Le yoga prénatal peut être suivi par toutes les mamans désireuses de se relaxer ou de se détendre pendant la période de grossesse. Il n’y a pas besoin d’avoir déjà pratiqué le yoga avant de s’y mettre.  En fonction de l’état de santé et de grossesse de la femme enceinte, les médecins peuvent préconiser la pratique du yoga prénatal.

Une petite histoire sur le yoga prénatal

Le yoga prénatal est arrivé en France vers les années 80. À l’origine, Bernadette de Gasquet qui est une professeur de yoga, mais en même temps médecin spécialisé en gynécologie et en physiologie de l’accouchement.  Cette méthode accompagne les femmes durant les 9 mois de grossesse pour qu’elle puisse se sentir prête pour la mise au monde, mais également pour sentir un meilleur bien-être tout au long de cette période.

Les principes du yoga prénatal

Les principes du yoga prénatal de Bernadette de Gasquet reposent sur le travail du périnée, le point central du yoga prénatal. Le fait de solliciter le périnée permet en effet d’avoir un accouchement physiologique et le plus naturel possible.  Au fur et à mesure que la femme enceinte pratique le yoga prénatal, le muscle du périnée devient souple et tonique.

En outre, la méthode du yoga prénatal  de Gasquet repose également sur la respiration par le diaphragme. La maitrise de la respiration physiologique permet non seulement de gérer la douleur pendant le travail, mais aussi de bien placer le bébé en vue de faciliter l’accouchement. La méthode recommande de pousser à l’expiration, puis resserrer le ventre et le ramener vers soi en le plaquant à la colonne. Cette maitrise de la respiration permet au bébé de s’engager plus naturellement dans le processus de l’accouchement, mais protège également le corps de la femme.

Il est tout de même important de noter que le yoga prénatal vient en complément des préparations déjà préconisées par les sages-femmes ou par les médecins pendant la phase d’accouchement.

Comment se déroulent les cours de yoga prénatal ?

Les cours de yoga prénatal peuvent se faire tout au long de la période de grossesse. La femme enceinte peut commencer dès le premier trimestre. Mais cela doit s’accompagner de l’avis d’un médecin. Pour éviter les fausses couches, il faut toujours consulter votre médecin avant de pratiquer le yoga prénatal durant le premier trimestre. Dans tous les cas, pendant ce trimestre, la pratique sera douce et permet, entre autres, de soulager les vomissements et les sensations de ballonnements.

Dans le deuxième trimestre, les cours se concentrent sur des exercices d’assouplissement, sur le périnée, mais aussi  sur le renforcement musculaire au niveau de l’abdomen. Il y aura également des exercices qui permettent de soulager divers maux, comme les maux d’estomac, les maux de dos et surtout la fatigue.

Au troisième trimestre, les exercices se concentrent plus sur la préparation à l’accouchement. Ils permettent d’anticiper les contractions et aussi de faire face à la délivrance.

Tout au long de la grossesse, les exercices de respirations et les postures sont également réalisées dans le but de détendre la femme enceinte. Ils permettent, entre autres, de déstresser, de se détendre et de relaxer. 

Les bienfaits du yoga prénatal

La pratique du yoga prénatal apporte de nombreux bienfaits tant durant la grossesse qu’au moment de l’accouchement :

Pendant la grossesse

  • Le yoga prénatal aide à diminuer les petits maux durant la grossesse. Il limite les nausées, les ballonnements, les remontées d’acide et les maux d’estomac, ainsi que les maux de dos. Il permet aussi de soulager les sciatiques.
  • Il apporte un meilleur équilibre nerveux et permet de bien vivre la grossesse psychologiquement parlant.
  • Il soutient le corps en constante évolution. Il assouplit en douceur les muscles et les articulations, mais permet également de tonifier les muscles et de les renforcer. Il offre un moyen sûr et sécurisé pour étirer les muscles et le corps tout entier.
  • Il améliore la respiration, apporte une meilleure oxygénation au corps, mais aussi au bébé dans le ventre.
  • Il améliore la circulation du sang et lutte contre le diabète gestationnel. Il permet aussi d’éviter les œdèmes.
  • Il permet aux femmes enceintes de lutter contre la fatigue, les problèmes d’appétit, le manque de sommeil ou encore l’insomnie.
  • La respiration et la méditation durant les pratiques de yoga prénatal aident la femme à mieux gérer et équilibrer ses émotions.
  • Il permet également une meilleure conscience et connaissance de son propre corps.
  • Entre autres, il aide aussi à établir une connexion et à tisser des liens avec le bébé dans le ventre.

Pour l’accouchement

  • Le yoga prénatal prépare la femme à l’accouchement physiologique. Il permet l’ouverture du bassin afin de faciliter le travail et la délivrance du bébé.
  • Il apprend les techniques de respiration pour mieux gérer la douleur.
  • Il aide à régulariser les contractions utérines, mais aussi à diminuer les douleurs.
  • Il travaille le périnée et facilite le passage du bébé. La souplesse du périnée permet aussi d’éviter le recours à l’épisiotomie.
  • Il permet de gérer la douleur due à l’inefficacité de l’anesthésie péridurale.  Certaines fois, l’anesthésie peut ne pas marcher.

Il assure une meilleure gestion du souffle durant l’accouchement, mais aussi une plus grande force mentale.

Après la grossesse

La pratique du yoga prénatal, accompagnée du yoga post-natal permet de retrouver rapidement la ligne et un ventre plat. Elle permet aussi d’éviter la phase de « baby blues » et surtout de retrouver plus rapidement une meilleure santé et une plus grande souplesse du périnée.

Quelles sont les contre-indications du yoga prénatal ?

Le yoga prénatal est une pratique douce et complète. Toute femme enceinte, même n’ayant jamais pratiqué du yoga peut en effet suivre des cours de yoga prénatal pendant la grossesse. D’autant plus que le yoga est une pratique sécuritaire pour la femme enceinte, mais aussi pour le bébé. Il ne dérange en rien le développement du fœtus.

Toutefois, il est tout de même indispensable de consulter l’avis de votre médecin avant de pratiquer le yoga prénatal. Si votre grossesse et considérée à risque ou si vous présentez des types de complications, il est important de toujours demander l’autorisation de votre médecin.

Si la grossesse se passe bien, et qu’il n’y a pas de signes de complication, la femme enceinte peut commencer le yoga prénatal dès le premier trimestre. Autrement, il faut attendre le deuxième trimestre pour s’y mettre.

Par ailleurs, avec la fluctuation des hormones et les transformations au niveau du corps, il faut faire attention à ne pas trop solliciter l’élasticité du corps. Il faut notamment éviter les postures qui sollicitent trop le ventre, les gestes qui bloquent la respiration et bien évidemment les mouvements qui font faire des sauts.

Le yoga prénatal est pour la femme le meilleur moyen de rester dynamique durant la grossesse. Sûr et sans risques pour sa santé et celle du bébé, il apporte de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. Il aide également de mieux se préparer pour l’accouchement.